Voyage Japon Nos Welcome Hosts au Japon Rencontre avec Anastasia, Welcome Host à Tokyo

Le Japon en immersion

Anastasia - Tokyo - Japon

Rencontre avec Anastasia, Welcome Host à Tokyo

Japon

Parler du Japon avec Anastasia, c'est embarquer pour un véritable voyage. Il vous conduira des izakaya qu'elle affectionne tout particulièrement à Tokyo au petit paradis que sont les îles Gotto, en passant par le mont Fuji, pour lequel elle éprouve un « amour fusionnel ».

L'interview "3, 2, 1, partez !"

3 mots pour résumer TokyoPoétique. Vibrante. Intarissable.3 objets indispensables à avoir là-basUne carte SUICA ou PASMO que l’on recharge et qui facilite la vie. Non seulement, on peut payer ses transports mais aussi sa boisson à la vending machine, un onigiri, un parapluie au konbini… Des bonnes chaussures, pas trop compliquées à ôter/remettre : ce n’est pas impossible d’être amené à se déchausser. Du cash, le moyen de paiement préféré – quand ce n’est pas la SUICA.3 choses à savoir avant de partirLes konbini, c’est la vie : on peut y trouver des WC, des distributeurs de billets, à manger ou à boire à toute heure du jour (et souvent de la nuit) mais surtout, on y trouve des poubelles, car oui, il n’y a pas de poubelles dans les rues de Tokyo.Les métros s’arrêtent tôt : entre 00 h 30 et 4 h 45, pas de transport en commun. Alors, onanticipe : on rentre à pied, en taxi… ou on fait la fête jusqu’au petit matin.On ne mange pas, on ne boit pas, on ne téléphone pas dans le métro. Et on apprécie le calme (sauf lors du dernier métro en week-end !)
2 expressions bienfaitricesSumimasen : Excusez-moi. Très utile quand on veut interpeller le serveur au restaurant pour commander.Daijobu (des) : Merci, ça va. Non merci, ça ira. Je n’en ai pas besoin… Bref, vous l’avez compris : on est poli et on accompagne le tout d’un petit geste des mains tout en retenue.2 plats, le pire et le meilleurLe pire : La brochette de cartilage de poulet (nankotsu). Surtout quand on pense avoir acheté une brochette de poulet tout court.Le meilleur : Une amie se reconnaîtra mais, à un moment, ça se finit toujours par un petit katsudon, un bol de riz surmonté d’un mélange de porc pané avec de l’œuf battu et des condiments.2 lieux, à voir et à éviterÀ éviter : Les bars à hiboux (et donc aussi à lapins, à cochons nains…). Aucun intérêt, aucunrespect pour ces petites bêtes. On passe son chemin.À voir : je vais tricher pour cette question. Vue d’en bas : n’importe quelle ruelle adjacente à un grand boulevard, pour le calme immédiat, l’organisation déstructurée des maisons et les futons qui sèchent aux balcons. Vue d’en haut : l’observatoire du musée Mori Art au 52e pour se sentir minuscule face à la ville (et au Fuji).
1 grand moment de solitudele jour où, après mal lu un panneau au sento, mon amie et moi nous sommes retrouvées nues dans un bain commun, avec un papy en short.1 grand moment de béatitudeUn seul, vraiment ? Marcher sous les cerisiers en fleurs le long de la rivière, pour se rendre au travail.1 grand sujet d'étonnement, toujoursL’ordre qui règne dans une mégalopole si dingue : les ouvriers qui laissent leurs chaussures deville à l’extérieur du magasin en travaux, les gens qui attendent le train en rang ou qui font laqueue sans bruit ni impatience pour un restaurant.

Pourquoi voyager avec nous

Soyons honnête, nous ne sommes pas les seuls à proposer des voyages sur mesure,
mais nous avons quelques atouts qui font incontestablement la différence.